Vidéo d’une dédicace avec Onys

Merci à Yuvedit-video productions pour ce petit film, pris durant une dédicace au Festi’BD de Moulins 2016 :

 

http://www.festibd.fr

http://www.yuvedit.com/

 

Publicités

Le crowdfunding modifie la finance et la création, un article de LA TRIBUNE se projette dans le futur

« En 2020, la foule aura pris le contrôle de la finance », titre le journal économique « La Tribune » dans un article récent, faisant allusion au crowdfunding.

Fin de l’année 2014, c’est le crowdfunding sur la plateforme Ulule qui a permis aux « Anciens Astronautes » de prendre leur envol, et de devenir un projet aboutit, grâce à la participation des internautes- voir ICI  .

Ce système participatif permet de retrouver ou de consolider une logique créatrice, dans l’échange et la sociabilité avec un public, l’artiste ou le porteur de projet se trouvant dans la situation de parler avec sincérité, savoir-faire et conviction de son projet, avec des personnes pouvant réfléchir à la manière dont ils vont interagir pour soutenir l’idée. Et si le projet n’aboutit pas, ce n’est pas tant un échec, puisqu’il permettra avant tout de tester la viabilité des idées, et l’intérêt possible.Le grand avantage est donc de faire mûrir des projets, dans la patience et le temps, et dans le cas d’un succès, de créer une sorte de filière courte entre le projet et le public, émancipé des problèmes que peuvent susciter les anciennes structures, sclérosées et formatées. La logique est prometteuse, et se répand depuis des années maintenant en Europe, venue des Etats-Unis.

L’article ouvre des pistes concrètes :

 »

De grandes entreprises ont d’ailleurs déjà compris l’intérêt de s’adresser au marché avant de financer et fabriquer une production. Ce ne seront d’ailleurs plus les grands groupes qui auront l’avantage des gros budgets de communication, le consommateur de 2020 ira directement à la source, c’est le produit qui fera la différence, et non la marque. La demande créant l’offre prendra alors tous son sens, le consommateur, utilisateur, investisseur, épargnant prendra le contrôle de ses choix de consommation et d’investissement.

Nous le voyons déjà en Chine, des plateformes de crowdfunding ouvrent des agences dans le pays, l’épargnant choisit les projets qu’il souhaite soutenir ou les entreprises sur lesquelles il souhaite investir, cela dans une agence comme dans une banque. L’accès au sous-jacent est direct, sans intermédiation lourde, en parfaite connaissance du produit, l’investisseur devient maître de ses placements. »

Lire ici l’article complet : Le financement participatif – La Tribune

Pour revenir sur le thème de ce site, le crowdfunding m’a permit de proposer mon univers à un public venant de tous horizons, de faire connaitre un travail que je menais en sous-terrain artistique depuis des années, qui me tenait beaucoup à coeur, et qui est différent de mes productions passées. Il m’aura permis d’expliquer ma démarche et d' »accélérer » la compréhension de ma démarche. Enfin cela oblige à la franchise, car si l’auteur peut proposer sa création sans compromis ni restriction de mode, il se doit de se responsabiliser, de prendre acte des réactions, de rectifier ou modifier éventuellement certaines choses, non pas par théorie ou réflexe de crainte, mais par l’observation et l’échange.En bref, le bon sens.

Je ne sais à quel point les plateformes de souscriptions pèseront dans le futur, mais assurément elle permettent à l’heure actuelle l’émancipation d’une chose importante : l’investissement. En redistribuant les cartes pour les auteurs et les suiveurs de projets, avec à la clé une créativité prometteuse.

Le crowdfunding permet enfin de planifier de manière souple et cohérente les projets futurs, ce qui est mon cas présent : soutenu par une maison d’édition indépendante (Tartamudo), et après être allé à la rencontre d’un public intéressé, le financement de la fabrication d’un album reste un investissement lourd, mais qui se voit facilité et justifié par l’interaction d’amateurs du projet, qui reçoivent en échange quelques avantages, en plus du fruit du travail qu’est le livre. J’ai eu la joie dans la campagne participative des « Astronautes » de trouver des soutiens et des réactions enthousiastes. Rendez-vous est donc pris dans quelques mois pour une nouvelle expérience, dans ce nouveau livre en gestation qui se situe dans la Constellation des Forêts. Toujours dans l’incertitude et l’acceptation de ce qui vient…

Vincent Pompetti

Nouvelle planche en vue

Exploration dans la Constellation des Forêts :

Scan053 copie

Les Anciens Astronautes dans les 20 albums de l’année 2015 sur Bulles Picardes

Merci au journaliste Daniel Muraz du Courrier Picard pour sa généreuse sélection  :

Albums préférés de 2015

« Un grand récit épique de science-fiction, flirtant avec le fantastique, l’onirisme, la fantasy médiévale, une certaine forme de métaphysique. Un vrai bon moment d’évasion. »

Sa Chronique 

Première page de la nouvelle aventure

Sans encore dévoiler le titre de ce nouveau roman, voici déjà une page  en preview. Beaucoup d’infos à venir et de visuel d’ici septembre, où un évènement s’organise :

Scan046

Bruce McCall : Vous avez dit rétrofuturisme ?

Bruce McCall est un illustrateur américain, fameux pour avoir développé ce concept de « rétrofuturisme », imaginer le futur en  puisant dans un certains passé (souvent les années 30 à 60) ., qui n’a pas vraiment existé. Il a de même fait de nombreuses oeuvres parodiques et humoristiques, à travers cet univers graphique décalé.

C’est entre autre une des approches des « Anciens Astronautes », s’inspirer d’idées et d’élans créés dans ces foisonnantes années, parfois ou souvent laissée en jachère. Les idées ne suivent pas toujours les modes, mais il me semble plus intéressant de s’émouvoir de l’inspiration, de ses graines où qu’elles soient, car la grande histoire de l’inspiration est souvent une mélopée, un air qui revient mais sur un ton différent, où passé, présent et futur se confondent. Le rétrofuturisme est une belle synthèse de divers courant, et permet de nourrir l’imaginaire d’un monde différent, à divers point de vue, tant picturaux que dans l’ambiance et le ton. Petit portrait de l’artiste Bruce McCall :